Dépose d’un ancien conduit de cheminée en briques

Matériel nécessaire :
* Système d’assurage (baudrier, corde, mousquetons, etc. ou échafaudage dans les règles de l’art)

* EPI : masque, casque, lunettes de protection, gants…
* Burin
* Marteau
* Gros maillet en caoutchouc
* Scie égoïne
* Tenaille
* Marteau de charpentier
* Perceuse
* Visseuses
* Burineur (puissance selon solidité du conduit : 15J bienvenus dans le cas présenté ici)
* Meuleuse 115/125 et/ou 230 selon besoin
* Auge
* Truelle
* Pulvérisateur (eau)

* Recommandé : ceinture porte-outils

Matériaux :
* Liteaux
* Voliges
* Tuiles
* Tuiles faîtières
* Vis à bois
* Clous
* Chaux NHL5
* Ciment Portland (très peu)
* Sable 0/4

Il est toujours un peu triste de supprimer un conduit de cheminée. Surtout lorsque la souche fait si bonne impression sur le toit…

Mais parfois, la beauté intérieure n’est pas à la hauteur :

Sans parler du pont thermique créé par un tel conduit.
Une décision s’impose alors : utiliser le conduit pour créer un Tetris géant :

Astuce : si ce n’est pas déjà le cas, fermer le bas du conduit car il peut toujours y avoir des chutes de morceaux dans celui-ci. On peut même, comme je l’ai fait, déposer un matériau mou en bas du conduit (chutes d’isolant, mousse de vieux matelas, etc.), et jeter briques et morceaux dans le conduit afin de les récupérer par l’intérieur plus tard.

On continue à l’intérieur :

C’est le moment de reboucher le trou béant laissé dans la couverture.

Ô joie, ils ont découpé les tuiles faîtières.

On dépose l’abergement en zinc, les tuiles plates et les tuiles faîtières découpées ou abimées.

Pour desceller les tuiles faîtières collées au mortier, utiliser le burin et le marteau avec grande précaution sous peine de casser les tuiles alentours. Une meuleuse avec disque diamant permet de couper (au moins partiellement) les joints, ce qui les fragilise et facilite le travail.

Ici, il n’y a pas de chevêtre, il suffit donc de fixer des morceaux de liteau pour relier les liteaux existants. Sans oublier de remettre des voliges, tant bien que mal.

Damned, les nouvelles tuiles faîtières sont plus longues que les anciennes. On recoupera donc la faitière existante du côté droit, et on fera une crête de faîtage en mortier pour assurer l’étanchéité (cf. photos en fin d’article).

Note : Une bonne vidéo à ce sujet

Puis on installe le reste des tuiles et on scelle au mortier de couvreur : 1V composé de chaux NHL5 et d’un petit peu de ciment Portland pour 2V de sable 0/4. Ne pas oublier de mouiller les tuiles au pulvérisateur auparavent.

*Note : dans le cas d’une toiture ancienne, rien n’est jamais parfaitement d’équerre. Il faut parfois recouper certains ergots présents sous les tuiles pour introduire un léger décalage ici ou là. L’important est de s’assurer que la pluie ne puisse pas trouver son chemin vers l’intérieur. Il vaut mieux faire plusieurs petits décalages successifs qu’un seul gros décalage. L’ensemble doit rester harmonieux.

Note 2 : dans notre cas, la rangée la plus haute est composée de tuiles de plus en plus courtes de la droite vers la gauche. Il a donc fallu couper des tuiles sur mesure (cf. photos).*

Et on fait confiance au temps plutôt qu’aux colorants pour que les joints se fondent dans la masse…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Generic selectors
Correspondance exacte seulement
Rechercher dans les titres
Rechercher dans les contenus
Rechercher dans les articles
Rechercher dans les pages
Filtrer par catégories
Projets
Propaganda
Technique