Do it, damn it!

Ce site cultive l’art du « fait-maison »
– « DIY » si vous préférez.
Peu importe.
Entre une tarte aux cerises « fait-maison » et un amplificateur hi-fi « DIY »,
Il y a un point commun : l’amour.
L’amour de l’outillage,
L’amour de la corne aux mains,
L’amour des gestes,
L’amour des courbatures,
L’amour des matériaux,
L’amour du charme – le charme de l’imperfection.

Wikipédia nous fournit une rétrospective historique dans le paragraphe “Dans la culture punk” de la page “Do it yourself”. Ils oublient la tarte aux cerises, mais lisez tout de même :

Dans la culture punk, l’éthique DIY est liée à la vision punk anti-consumériste; c’est un rejet de la nécessité d’acheter des objets ou d’utiliser des systèmes ou des procédés existants.

Le DIY comme sous-culture a sans doute commencé avec le mouvement punk des années 19701. On peut noter cependant que la débrouille, le bricolage, les activités pour enfants, etc., existaient avant le mouvement punk DIY.

En musique les groupes punk émergents effectuent souvent des spectacles dans les sous-sol des habitations, plutôt que sur des scènes traditionnelles, pour éviter le mécénat d’entreprise ou pour assurer la liberté de la performance. Depuis, alors que de nombreuses salles ont tendance à fuir la musique expérimentale, les maisons (ou les caves) sont souvent les seuls endroits où ces groupes peuvent jouer. L’underground est alors réellement underground, et pourtant les salles de spectacle dans les caves gagnent en renommée dans les grandes villes.

Les adhérents de l’éthique punk DIY peuvent également travailler collectivement. Par exemple, le CD Present (une compagnie musicale de promotion de concert) de l’imprésario punk David Ferguson permettant une production de concerts DIY, et octroyant un studio d’enregistrement, et un réseau de maisons de disques2.

L’éthique punk DIY s’applique également à la vie quotidienne, tels que l’apprentissage de réparation de vélos plutôt que les conduire à l’atelier, la couture (réparation/modification des vêtements plutôt que d’acheter de nouveaux), la culture de jardins potagers, la récupération de produits réutilisables dans les poubelles. Certains enseignants se livrent aussi à des techniques d’enseignement de bricolage, parfois appelé Edupunk.
De ce fait le mouvement DIY est une approche concrète et une mise en pratique de l’écologie et de l’anticapitalisme, par l’anti-consumérisme.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Do it yourself de Wikipédia en français (auteurs)


  1. Scissors and Glue: Punk Fanzines and the Creation of a DIY Aesthetic – Teal Triggs, Oxford Journal of Design History, printemps 2006. 
  2. Putting Punk in Place–Among the ClassicsSan Francisco Chronicle, 26 septembre 2004. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Generic selectors
Correspondance exacte seulement
Rechercher dans les titres
Rechercher dans les contenus
Rechercher dans les articles
Rechercher dans les pages
Filtrer par catégories
Projets
Propaganda
Technique